Avertir le modérateur

vendredi, février 22, 2008

Atatürk, si tu savais...

f2d07ec0e18154f3c0ac50371948d860.jpga65b912217f84c9d3a48dbb1f7a8e3b6.jpg99cf95c5dc91efb0e28394dcb34b8548.jpg

La Turquie à l’instar du Liban est l’exemple même que l’islam peut très bien s’allier avec la laïcité lorsque le peuple y met du sien.

Tempéré, souple, l’islam turque, tel que le vivent la plupart des turques, ne fait pas peur. Prenez un thé à la pomme sur la colline d’Alanya, admirez les mosquées au lever du soleil à Istanbul,  taillez une bavette avec un marchand de tapis à Antalya…aucune animosité dans l’air. On se sent en sécurité.

Pourquoi autant de jeunes turques, étant nés ou ayant grandi en Allemagne, retournent-ils dans leur pays d’origine un fois leur majorité entamée ? Parce qu’ils ont foi en celui-ci, foi en son potentiel, foi en son avenir. La Turquie est un pays jeune, dynamique, riche en histoire donc en culture et en merveilles naturelles. La Turquie est donc un pays prospère en tourisme, et le développement touristique d’un pays est presque toujours signe de tolérance.

Certains clament que la Turquie est une petite Allemagne. Ce à quoi je réponds : quoi de mal à l’émancipation ? Parce que c’est bien ce dont il agit. Qu’on compare un pays musulman à un pays occidental est bel et bien un signe d’émancipation. Or c’est ce qu’est la Turquie. Une femme plantureuse, émancipée, et pourtant droite, fière, pas une femme facile comme ces pays où ne subsistent plus aucun signe de moralité et qui se baladent la culotte à la main, non, la Turquie est une femme qu’on regarde de loin sans oser l’approcher de crainte qu’elle ne soit fatale, un peu comme ces plantes orientales d’une beauté vénéneuse. La Turquie, encore mystérieuse aux yeux de nombre d’européens, est un pays qu’on respecte.

Or cette émancipation du pays n’a été possible que grâce notamment à la laïcisation du pays par Mustafa Kemal Atatürk, premier président de la République de Turquie et admirateur de la Révolution Française, qui en 1934 (10 ans avant la France) donna le droit de vote aux femmes et interdit  le voile dans la fonction publique et les universités*.

C’est toujours la laïcité qui permet d’avancer.

Les défenseurs de la levée de l’interdiction du hijab soulèvent les droits de l’homme : on ne peut pas fermer la porte à une personne à cause de sa religion. Or on ne parle pas ici d’hostilité envers une religion, la Turquie elle-même étant musulmane, nous parlons d’affichage ostensible d’une religion. Donc moi je demande : et le droit à la laïcité dans tout ça ? N’est-ce pas le choix le plus juste dans ces temps instables de conflits al-quaïdiens ? N’avons-nous pas eu justement cette dernière décennie suffisamment de preuves qu’il vaut mieux garder sa foi pour soi. L’afficher étant bien souvent vu comme de la provocation à l’instar des jeunes adolescentes pro-hijab dans les banlieues françaises ?

Ma question est donc la suivante : lever l’interdiction du voile notamment dans les universités alors que depuis près d’une huitaine de décennies on l’a aboli, n'est-il pas faire un pas en arrière ? A un moment où la Turquie est en route pour l’européisation, ne représente-t-il pas justement un nouvel obstacle pour son acceptation ?

Certains me feront remarquer que 403 députés sur les 550 présents ont voté en faveur de ce voile, ce à quoi de nouveau je réponds : combien y avait-il de femmes parmi eux ? Car après tout, cette histoire ne concerne-t-elle pas principalement les femmes ? N’est-ce pas elles, justement, qui doivent souffrir d’ainsi se laisser « distinguer » ? Je peux difficilement m’exprimer à leur place, mais en tant que femme, je me permets d’imaginer que pour notamment les féministes turques, que cette nouvelle loi horripile comme vous pouvez bien l’imaginer, la vision de ce voile est signe d’oppression et de perte de ce qui était acquis. Or depuis quand un peuple qui veut se développer regarde-t-il en arrière ? Rien de bon n’est jamais arrivé en copiant les choses du passé.

En y réfléchissant plus profondément, je ne pense pas que ce soit le voile en lui-même qui fasse peur, c’est ce qu’il représente. Admettons donc que le voile soit accepté, non sans avec certitude la fin de la paix en Turquie car soyons sincères, tout le monde ne s’y conformera complètement ce qui engendrera d’éternels conflits qui naturellement s’aggraveront lorsque des cellules plus extrémistes voudront faire clamer leurs droits, car alors droits ils auront, néanmoins admettons que celui-ci soit accepté dans les universités, qu’est-ce qui nous dit que d’autres requêtes plus astreignantes et oppressantes ne suivront pas ? Ce pied de nez à la laïcité n’est-il pas juste une porte ouverte à d’autres requêtes islamiques plus extrémistes ?

Voilà, cher Atatürk, où en est ton pays. Ne t’inquiète pas. Tous tes enfants ne se retournent pas contre toi, le père de la laïcité et de l’occidentalisation de ton pays, des centaines de milliers d’entre eux, la plupart des femmes, parcourent les rues pour faire entendre ta voix. Et je suis de tout cœur avec eux, parce que je suis fier de toi, fier qu’un homme au début du XIXe siècle ait pu voir aussi clair et ainsi ouvrir le chemin de la tolérance à un peuple au passé pourtant belliqueux.

Nous savons tous que la laïcité est la clé du développement ; qu’elle seule peut sauver un pays. Ne laissons pas la provocation et l’intégrisme bouleverser tout ça.

* craignant une guerre civile, à l’époque, il se contenta de le « déconseiller »

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu